Partagez | 
 

 -Let me dance away my troubles-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Min Jun Kim
Innocent
Innocent
avatar


Messages : 35
Date d'inscription : 07/10/2017

Dossier du Patient
Sanity:
80/100  (80/100)
Âge du Patient: 19
Status Rp: Ouvert ✔

MessageSujet: -Let me dance away my troubles-   Mar 10 Oct - 1:19



Min Jun & Seunghyun
©️ Never-Utopia





Pourquoi




Pourquoi suis-je ici…?


Ces mots repassaient sans cesse dans l’esprit de Min Jun depuis son arrivée le matin même. La gorge serrée, un nœud horrible dans la poitrine, il avait peine à respirer. L’air même de l’île semblait empoisonné. Une aura lugubre entourait les lieux du fameux asile de Poveglia…ou peut-être était-ce seulement la brume matinale?


Min Jun avala difficilement. Il était suffoqué par la situation. Depuis l’adieu avec ses parents la veille, le voyage en avion, le transfer en bus, en bateau puis enfin les pieds sur cette terre qu’il considérait déjà damnée. Dans un état second, il avait suivi les gardiens qui lui avaient présenté sa chambre, ses valises en main, pour l’abandonner là et lui dire de sortir plus tard rencontrer le médecin traitant.


Encore un psy…quel ennui…


Malgré qu’il soit assis sur un lit dans une pièce blanche, il n’arrivait pas à y croire. Il était vraiment dans un asile…vraiment à Poveglia…entouré de fous, meurtriers, névrosés…la panique gagna ses traits et des larmes perlèrent au coin de ses yeux. Il secoua la tête furieusement, essuya ses yeux du revers de ses manches trop longues. Non, il n’allait pas pleurer, n’allait pas appeler sa mère comme un enfant…bien qu’il se sente tout aussi perdu qu’un faon sans sa mère, livré aux loups en pleine forêt..


Min Jun posa les yeux sur ses valises, tout ceci semblait encore irréel…ce n’était qu’un rêve. il se réveillerait, descendrait dans la cuisine, mangerait des jjajjamyeong avec eomma et appa, irait au parc avec Jiyoung pour le regarder faire du skateboard…
L’adolescent se pinça et son visage se tordit de douleur un instant.


Non, tout ceci était réel. La chaleur du soleil entrant par la fenêtre de sa chambre et venant chatouiller sa peau, la rumeur de discussions quelques pièces plus loin, les pas dans le corridor, les portes qui se ferment, le lit qui couine sous ses mouvements…Min Jun tira la langue, dégoûté, avant de finalement s’extirper de son immobilité.


Il défit quelques unes de ses affaires, les plaça dans les tiroirs à sa disposition. Il décida de se changer, aller pratiquer un peu quelques mouvements de danse. La danse était encore et toujours son échappatoire, sa fuite vers un monde moins dur, moins froid, moins insupportable.


Min Jun se rappelait du plan qu’on lui avait montré quelques temps auparavant, il y avait une salle d’entraînement avec équipement et, la porte d’à côté, une salle plus modeste que peu semblait utiliser et qui conviendrait parfaitement au garçon. La solitude l’enchantait déjà…il était terrifié à l’idée de croiser des patients dangereux.


Min Jun sortit timidement de sa chambre, regardant même de chaque côté du corridor, comme un gamin en fugue. Il ferma sa porte tout en douceur, presque effrayé de réveiller quiconque et se faufila dans les corridors aussi agile et silencieux qu’un chat. Il retrouva un plan placardé au mur et se fit une note mentale du trajet. Droite, gauche, tout au fond, gauche. Parfait.


Min Jun dépassait la salle ouverte, le hall, traversa un corridor et arriva enfin à ladite salle de gym. Il avait croisé quelques membres du personnel en chemin, qui le saluaient ou l’ignoraient, il ne répondait que par un hochement de tête et un sourire poli. Quelques patients croisèrent son regard et il fit de son mieux pour paraître naturel, les ignorant comme les passants dans la rue.


Pense que tu es à Busan…que tu marches vers la maison de Jiyoung…


Il sourit, tant amusé par le fait qu’il tentait de se rassurer que par la futilité de sa pensée.


이런 바보. (ileon babo *im such an idiot)


Min Jun poussa la porte de la sale de gym, retenant Presque sa respiration. Il expira ensuite longuement, un soupir de soulagement; la pièce était vide. Le danseur contourna les équipements, son focus uniquement sur la porte du fond, le jardin secret, la terre promise.


Il entra dans la pièce et sourit à la vue des miroirs sur les murs.


Daebak!! Juste comme je me l’imaginais.


Une lueur d’espoir fit briller les yeux de Min Jun. Avec une salle de danse ici, son séjour ne serait peut-être pas aussi infernal qu’imaginé. Min Jun posa son sac au sol et sortit son Ipod qu’il plaça dans une des poches de ses sweatpants. Il parcourut sa sélection de chanson, appuya sur l’une d’elle puis se ravisa et en choisit une autre. Après quelques étirements, il était fin prêt. Un dernier regard autour de lui, par nervosité pure, il retroussa les manches de son énorme chandail, les repoussant jusqu’au coude, découvrant ses bras aux longues cicatrices suivant les veines..



Min Jun replaça ses écouteurs dans ses oreilles et le monde disparut autour de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seunghyun Kim
|||Fonda||| It's where my demons hide
|||Fonda||| It's where my demons hide
avatar


Messages : 61
Date d'inscription : 16/08/2016
Age : 21

Dossier du Patient
Sanity:
29/100  (29/100)
Âge du Patient: 24 ans
Status Rp: Ouvert ✔

MessageSujet: Re: -Let me dance away my troubles-   Ven 13 Oct - 0:02

Le silence. Le Silence c’est bien ce que Seunghyun désirait. Les deux dernières semaines avaient été plutôt irrégulières dans ses traitements. Les infirmiers/ères mis sur son cas oubliaient souvent ses médicaments, ou bien se trompaient dans le dosage. Il ne pouvait guère les blâmer, après tout il n’était pas très important, il n’était personne, comment pouvaient-ils se souvenir de lui?



L’homme avait eu ses médicaments se matin, mais il ne faisait pas réellement effet dû au fait que sa prise de médicament était inconstante. Il marchait rapidement dans les couloirs, voulant simplement se rendre du point A au point B, sans attirer d’ennui.



Ils te suivent. Ils le savent. Shhhh. Ils te regardent. Tu penses qu’il nous entend?
Le noiraud arriva finalement dans un lieu moins fréquenté de l’asile. Un endroit « calme », quasi sans bruit. Il avait besoin d’un endroit complètement silencieux. En étant seul, sans bruit, le chaos dans sa tête semblait  s’estomper. Il ouvrit délicatement la porte, de peur d’éveiller quiconque se trouvant dans pièce, même si elle risquait d’être complètement vide, comme toujours.   Attention. Sauve-toi. Idiot. Kim relâcha son souffle, n’ayant guère réalisé qu’il l’avait retenu en ouvrant la porte. Personne ne se trouvait dans la salle de danse, c’était la première bonne nouvelle de la journée, et peut-être la seule. Rapidement l’homme se faufila dans la pièce pour prendre place dans son coin habituel, c’est-à-dire à côté du petit meuble radio, se cachant ainsi du miroir. Il n’aimait guère se voir dans un miroir, il avait l’impression que ses yeux n’étaient pas les siens, tout comme ses pensées.



L’homme étala devant lui quelques cahiers de dessins puis prit l’un d’entre eux, commençant ainsi un nouveau dessin. Il n’avait pas l’habitude de les finir. Il mettait en dessin ses nombreuses pensées, comme s’il essayait de s’en débarrasser pour de bon.



Combien d’heures s'était écoulé depuis son arrivée, il ne pouvait guère le dire. Mais quelque chose attira son attention, un bruit, une personne. Merde… Depuis quand d’autres patients s’aventurent dans ce coin de l’asile. Ils t’ont retrouvé. Court. Ne bouge pas. Shhhh. Ne fais pas de bruit. Merde. Idiot. Il nous a vus? Seunghyun n’osait même plus bouger, ayant peur d’attirer l’attention du nouveau venu. Devait-il partir? Est-ce que le détenu allait partir de lui-même? Kim resta figer, observant le jeune homme, il s’était mis à danser… Même s’il ne pouvait pas physiquement entendre la musique, Seunghyun arrivait à l’entendre à travers les mouvements de l’étranger. C’était si beau à voir, si divertissant. Sans attendre une seconde de plus, Kim se mit à dessiner quelques mouvements de danse que l’homme avait faits. Le peintre avait une très bonne mémoire… D’accord, pas si bonne que cela, mais pour ce genre de truc, pour se rappeler de quelque chose et de le reproduire sur papier en quelques minutes, à l’aide de simples sketches, Seunghyun était un pro.


Ce n’est seulement lorsque le bruit des pas de l’étranger arrêtèrent et que les voies fit surface à nouveau que seunghyun leva le regard vers le jeune homme. Il nous a vus. Qu’est-ce qu’on fait.

Shhh

Sauve-toi.

Sauve-toi.

Reste. Il nous a vus? Sauve-toi. En effet, le nouveau venu le fixait. Était-il terrifié de l’avoir enfin aperçu? Il ne pouvait pas le blâmer d’être horrifié… Le noiraud n’osait plus bouger. Était-il celui qui devait partir? Après tout cette place ne portait pas son nom. Il détourna le regard rapidement, observant la distance qui le séparait de la porte de sortie. Pourrait-il réellement courir assez rapidement pour ne pas être attrapé par l’inconnu? Devait-il abandonner ses cahiers pour sauver sa peau? Le jeune homme voulait-il réellement lui faire du mal? Après tout, quel meurtrier prendrait le temps de danser avant de massacrer sa victime. Il faut croire que l’inconnu n’était pas conscient de sa présence, jusqu’à maintenant.


Le jeune homme ouvrit la bouche pour s’excuser d’interrompre la danse de l’inconnu, même s’il se trouvait dans la salle bien avant lui. Pourtant il ne trouva pas la force de dire un seul mot, terrifier. Il n’aimait pas rencontrer des gens, il n’aimait pas les croiser et devoir interagir avec eux. Ils finissaient toujours à le  faire mourir d’anxiété ou bien le jugeait « dangereux » dû à sa condition.



Ils avaient probablement l’air de deux idiots, à rester là sans bouger et sans dire un mot. Kim décida alors de tranquillement ramasser ses dessins, cahier et crayons, prenant la peine de ne faire aucun mouvement brusque de peur d’effrayer encore plus l’inconnu. Partir, il devait partir de cette pièce. Mais où aller par la suite? Sa chambre? C’était un autre endroit tranquille non? La bibliothèque serait peut-être une autre option…

_________________
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Min Jun Kim
Innocent
Innocent
avatar


Messages : 35
Date d'inscription : 07/10/2017

Dossier du Patient
Sanity:
80/100  (80/100)
Âge du Patient: 19
Status Rp: Ouvert ✔

MessageSujet: Re: -Let me dance away my troubles-   Ven 13 Oct - 1:05

Min Jun commença par des mouvements simples, ménageant ses jambes au départ, puis il ferma les yeux, s’investissant corps et âme dans sa routine, improvisant les gestes aux battements de mesure de la mélodie dans ses oreilles.

Spoiler:
 



I’m doing doing doing doing goood ~


Le rap de la chanteuse l’entraînait dans des mouvements tantôt saccadés, tantôt fluides, rapides et lents se mélangeant harmonieusement.


//


-Min Junnnnieeee? Descends s’il-te-plaît.


L’interpellé leva les yeux de son téléphone dans sa chambre, décrocha ses écouteurs de ses oreilles, arrêta le vidéo qu’il regardait pour passer la tête par la porte de sa chambre. En bas des escaliers, sa mère attendait, elle l’invita d’un sourire. Min Jun hocha la tête, rangea son téléphone dans sa poche, dévala l’escalier.


Arrivé en bas, il ralentit dans ses pas, soudain hésitant à vouloir entrer dans la cuisine. Son père, sa mère et sa tante étaient assis à la table. Aie, ça n’annonçait rien de bon. Une discussion désagréable se profilait à l’horizon. Min Jun aurait voulu remonter les escaliers à toute vitesse. Il s’était même arrêté mais sa mère lui désigna la chaise libre à table et il prit place en réprimant un soupire.


-Chéri, il faut qu’on discute de quelques petites choses, rien de bien grav-


-Franchement, arrête de le ménager, ce n’est plus un enfant, la coupa son père avec agacement.


-Mais-


-Et puis c’est assez sérieux alors ne mentons pas.


Son ton était grave et son regard dur. Sa mère se tut puis se râcla la gorge. Min Jun sentit ses cheveux se dresser sur sa nuque et la tension dans la pièce monter d’un cran.


-..très bien.


Il la regarda droit dans les yeux, l’incitant à poursuivre, lui signalant qu’il était attentif.


-Nous (elle échangea des regards avec le père et la tante) avons décidé qu’il était important de..de prendre plus soin de toi et..pour ce faire..il y a un endroit qui pourrait t’aider…


Et c’est là que le nom Poveglia est tombé. Comme une pluie glacée.


Poveglia


Min Jun était bouche bée. Il ouvrit de grands yeux, incapable de formuler une phrase cohérente, toutes ses pensées se bousculant dans sa tête. Il ne pouvait pas y croire. Il ne voulait pas y croire. Lui? Dans un asile? Isolé? loin de tous?


S’il avait pu il aurait hurlé. Mais tous les mots étaient morts sur sa langue avant même espoir d’être prononcés, ravalés dans un sanglot au fond de sa gorge. Il tourna son regard désespéré vers sa tante, sa seule amie, celle qui l’écoutait, qui pouvait l’aimer sans être aveugle comme une mère qui surprotège son enfant. Elle était sensée, elle l’empêcherait d’aller là-bas. Elle parlerait à sa mère.


Min Jun tendit la main vers elle, ses yeux criaient une supplication silencieuse.


Aide-moi, ajumma, aide-moi.


Elle prit sa main, la serra, les larmes au coin des yeux, du bout des lèvres forma les mots : 
« C’est pour ton bien »


Min Jun retira sa main, le mince sourire qu’il lui avait offert s’effaça…quelque chose en lui s’était brisé…et la noirceur entrait désormais par les fissures, l’enveloppant jusqu’à l’engourdissement.


Il était seul.


//


Le genou de Min Jun fléchit, il ouvrit brusquement les yeux et eut le bon sens de jeter ses bras devant lui avant d’atterrir durement au sol sur ses paumes. Il grinça des dents sous le choc tandis que la douleur irradiait son corps, déferlant comme une vague, des poignets jusqu’aux épaules puis des cuisses jusqu’aux orteils. Sa colonne vertébrale même pulsait sous la douleur.


Eh merde, bravo, premier essai de danse et je perds pied…qu’est-ce qui m’a pris de repenser à tout ça aussi…


Min Jun se redressa, s’assit au sol en massant son mollet douloureux, reprenant son souffle. Il essuya la sueur qui perlait sur son front du revers de la main…et se figea.


Repoussant ses cheveux de ses yeux il avait pris une seconde pour regarder devant lui et son sang s’était glacé au quart de tour. Il y avait un homme dans la pièce, droit devant lui.


Q-q-quoi…?!?! Comment?! Depuis quand est-il là?? Est-ce qu’il m’a vu tombé..est-ce qu’il m’a vu danser?! Eh merde eh merde eh merde…


Le rouge gagna ses joues alors qu’il tenta de se redresser, embarrassé d’avoir été découvert et surtout observé…Il retira ses écouteurs, les fourra dans son sac et ignora l’homme un moment, le temps de reprendre contenance. Puis il se retourna vers lui, son cellulaire en main, prêt à communiquer avec le nouveau venu…


Min Jun prit son courage à deux mains et s’avança doucement vers l’homme. Il était pâle, élancé, les cheveux en bataille frisottant autour de sa tête. Et des cahiers de dessins s’étalaient devant lui.


Oh? Un artiste? voilà qui est intéressant!


Le danseur demeura à distance puis il s’assit devant lui, ne voulant pas le dominer de sa hauteur ni l’intimider d’une quelconque façon. Il avait bien vu les regards de l’homme vers la porte mais voulait tout de même se présenter. Et puis, d’un danseur à un dessinateur, il n’y avait que le médium qui changeait puisque tous deux témoignaient de leurs émotions et leur âme dans leurs œuvres respectives.


Min Jun baissa les yeux vers son cellulaire, tremblant légèrement, toujours anxieux dans ses nouvelles rencontres et surtout ignorant si l’autre réagirait favorablement…c’était un asile, on pouvait s’attendre à tout. Il tapa quelques mots puis appuya sur la commande vocale. La voix électronique se fit entendre :


-Bonjour…je m’appelle Kim Min Jun…désolé du dérangement…je me pensais seul…j’imagine que toi aussi…


Il leva les yeux vers lui, guettant sa réaction. La plupart des gens le dévisageaient à ce moment. Il crut bon de se justifier avant d’avoir des questions.


-Je suis muet…je communique avec mon téléphone…ou par langage des signes alors…


MinMin s’arrêta soudain, le pouce dans les airs.


Merde je ne sais même pas de quoi lui parler…eh bien bravo.


Son regard glissa de l’écran de son cellulaire au plancher couvert d’esquisses.


-Tu dessines très bien…mais…est-ce que c’est moi..?


Il venait de remarquer que le cahier qu’il tenait en main présentait des grands mouvements, des arabesques, des bras dans les airs. Il reconnut les gestes qu’il venait tout juste d’effectuer sur sa chanson.


Wah, il est doué pour avoir reproduit cela si vite. Un mouvement disparaît rapidement dans une danse, c’est éphémère. Mais il les dessine avec exactitude. Très talentueux à ce que je vois. Comme mon oncle.


Min Jun releva les yeux et lui sourit chaleureusement.


-Tu es très doué….Dessiner quelqu’un en mouvement est difficile…. J’observais souvent mon oncle esquisser des oiseaux dehors avant de les mettre dans une toile. ..Je peux regarder?


Il désigna du menton les esquisses qui le concernaient, celles de la danse qu’il venait d’effectuer. Il était honoré d’avoir été un sujet d’inspiration et voulait voir de plus près la représentation que son auditoire avait fait de lui. Tout ce qui touchait aux arts fascinait Min Jun, c’était pour lui le domaine de l’expression et chacune des formes d’expression étaient digne d’intérêt.


-Au fait, comment dois-je t’appeler..?



Min Jun espérait qu’il n’était pas trop indiscret, ni irrespectueux. Comme il écrivait en coréen sur son clavier mais que ce dernier traduisait avant de générer ses mots à haute voix, il ignorait si tutoyer son interlocuteur serait vexant. Il n’avait pas l’air bien vieux. Certes il avait la vingtaine, contrairement à lui, mais il semblait « jeune » selon son visage fin. MinMin se mordilla la lèvre en patientant, une mauvaise habitude qui lui avait attiré bien des lèvres fendues par nervosité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seunghyun Kim
|||Fonda||| It's where my demons hide
|||Fonda||| It's where my demons hide
avatar


Messages : 61
Date d'inscription : 16/08/2016
Age : 21

Dossier du Patient
Sanity:
29/100  (29/100)
Âge du Patient: 24 ans
Status Rp: Ouvert ✔

MessageSujet: Re: -Let me dance away my troubles-   Sam 21 Oct - 12:17

Sauve-toi! Il te veut du mal! Tu crois vraiment qu’il est sans défense? Sauve-toi,TOI!


-Bonjour…je m’appelle Kim Min Jun…désolé du dérangement…je me pensais seul…j’imagine que toi aussi…


Seunghyun fut très surpris de voir le jeune homme utiliser son téléphone portable pour communiquer avec lui. Mais que faisait-il avec un téléphone portable? Ce genre de truc n’était pas interdit? Les yeux noirs de l’homme tombèrent à nouveau sur le visage du danseur, gardant toujours le silence. De toute manière Kim n’avait pas à parler, son regard était le miroir de ses émotions, plutôt facile à lire.


-Je suis muet…je communique avec mon téléphone…ou par langage des signes alors…



Ah! Tout s’expliquait maintenant. Il hocha doucement de la tête pour lui faire signe qu’il comprenait, tout en essayant de calmer la boule d’anxiété qui se formait au creux de son ventre. Cela faisait plusieurs mois qu’il n’avait pas interagi avec un autre être humain, mis à part les rendez-vous avec le docteur et lorsqu’on lui donnait sa médication.


-Tu dessines très bien…mais…est-ce que c’est moi..?


Seunghyun hocha de nouveau la tête, mais cette fois-ci honteusement. Merde, il allait probablement se faire réprimander, comme plusieurs détenues l’avaient fait. Il aimait bien s’installer dans un coin reculer et observer les gens qui passaient. Il puisait toutes ses inspirations là-dedans. Des mouvements, tics, façons de  certaines personnes devenaient ainsi son art. Seung Hyun observa avec attention l’expression qui planait sur le visage du jeune homme. Il ne semblait pas fâcher, bien au contraire, il semblait impressionné… C’était bien la première fois que quelqu’un s’intéressait à ses œuvres, il fut une fois de plus surpris à la vue de son sourire… Le noiraud lui offrit timidement son cahier à croquis, laissant ainsi l’homme regarder son travail à sa demande.


Il aime ça, tu penses? Non! C’est hideux! Il te veut du mal. Tu penses qu’il nous écoute?

Il n’aime pas ça!

Pourquoi! Va-t’en!


Après quelques secondes le silence fut brisé par la voix robotisée du téléphone de Min Jun, lui demandant quel était son nom. Il agrippa délicatement le crayon qui se trouvait à son oreille  puis pigea une page au hasard dans l’un de ses cahiers, écrivant ainsi son nom, puis le montra au jeune homme. Il était clair que Min Jun ne le connaissait pas, malheureusement Seung Hyun avait la réputation du fou incontrôlable. Certes, il était schizophrène et avait accepté cette maladie depuis longtemps, mais avec le manque de traitement dans cet établissement son état ne s’était qu’empiré et il était bien dur pour l’homme de reconnaitre le vrai du faux, causant ainsi plusieurs crises. C’est bien à cause de ses nombreuses crises que les gens l’avaient nommé ainsi, le fou incontrôlable, ou bien d’autre surnom qu’il avait oublié ou bien se mélangeait avec les voix.


Il était clair que si Min Jun était au courant de sa condition, il ne resterait pas là, à lui parler. Personne ne le faisait, comme s’ils avaient peur d’être « contaminés ». Il laissa le plus jeune examiner les croquis, anxieux, il n’aimait point montrer ses dessins, tout ce qu’il avait comme remarque par la suite était de la haine ou du dégout. Il profita du fait que Min Jun était de nouveau concentré sur ses dessins, pour écrire de nouveau dans son cahier et le glisser délicatement vers l’inconnu.


Tu danses bien


Certes, il l’avait vue tomber, mais cela ne faisait pas de lui un mauvais danseur… Pas vrai? Même si le jeune homme semblait ne lui vouloir aucun mal, Seunghyun ne pouvait arrêter de penser à prendre la porte. Il n’aimait pas être en compagnie d’autres gens… Non parce que Min Jun le dérangeait, mais il avait constamment peur, peur que tout cela ne soit qu’un tour que sa tête lui jouait. S’attacher à une illusion, s’attacher à quelqu’un qui n’est pas réellement là n’est pas une chose désirable. C’est aussi probablement la chose la plus terrifiante, sachant qu’on n’a plus le contrôle de son propre esprit, sachant que l’on est réellement un monstre.



Pendant plus d’un mois, Kim pensait qu’il était suivi par un garde. Il ne savait pas ce que celui-ci lui voulait, il ne savait même pas qui il était. Il était constamment sur ses gardes, jetant plusieurs regards derrière son épaule pour voir si l’homme le suivait. Toutes ses journées de stress et de terreur, simplement pour apprendre par la suite que l’homme n’avait jamais existé. C’est alors qu’il fut suivi par un médecin, que les tests commencèrent, que la dose de ses médicaments augmenta. Son état s’améliorait enfin. Pendant plusieurs mois il fut suivi par les spécialistes de l’asile, mais après quelque temps, il semblait que ceux-ci l’oubliaient… Est-ce que cet oubli était voulu? Seunghyun ne pouvait guère le dire. Tout ce qu’il savait c’était que sa médication devenait irrégulière et qu’il retombait tranquillement dans son petit monde, dans sa folie. Même après qu’une infirmière l’ai retrouvé au sol, les veines coupées, on ne lui avait pas porté plus d’attention. Il faut croire qu’ils avaient fini par s’ennuyer de son cas, et que maintenant il était condamné à mourir dans cette place. Avait-il réellement eu une chance de sortir de cette île?


Pourquoi penser à ça maintenant? Il est complètement idiot!

Un fou!

Il nous écoute? Il nous entend? Shhh. Il t’a entendu! Stupide!


Le détenu remonta rapidement ses manches, laissant ses deux longues cicatrices, faisant chacune la moitié de ses avant-bras, en vue. Il n’avait pas honte de ses cicatrices, pourquoi le serait-il? Tout le monde souffrait dans cet asile, pourquoi le cacher? De toute manière elles faisaient maintenant partie de lui, elles étaient l’œuvre de sa douleur. Il avait remonté ses manches comme s’il voulait se remettre à son travail.  Il lança un petit regard vers Min Jun, puis reprit son cahier pour y écrire quelque chose. L’homme avait beaucoup de misère à écrire en français. Il avait appris seul, il prit alors un « risque ». Avec le nom du jeune homme, il pouvait deviner que celui-ci était coréen, le pire qui pourrait arriver c’est que l’homme ne comprenne pas ce qu’il avait écrit.


모델 (Model?)




_________________
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Min Jun Kim
Innocent
Innocent
avatar


Messages : 35
Date d'inscription : 07/10/2017

Dossier du Patient
Sanity:
80/100  (80/100)
Âge du Patient: 19
Status Rp: Ouvert ✔

MessageSujet: Re: -Let me dance away my troubles-   Jeu 23 Nov - 17:21

Min Jun attendait les réponses de son interlocuteur, plein d’espoir. De nature réservée, il avait baissé sa garde en présence d’un comparse artiste. L’Art était sa passion. Quelque forme que ce soit, il avait le sentiment que les artistes étaient liés par le même but : l’expression. Alors d’un danseur à un peintre, il sentait une connexion entre eux, entre lui et…cet homme étrangement silencieux. Un hochement de tête par ci, une négation par là. Était-il muet lui aussi? …quelles étaient les chances de cela! Non, il en doutait. Il lui semblait seulement être tombé sur quelqu’un d’encore plus réservé que lui. Voire même effrayé de lui parler. Peut-être avait-il peur des étrangers? Min Jun devait se rappeler qu’il y avait toute sorte de gens dans cet endroit…c’était un asile après tout. Il allait sûrement y avoir des patients plus troublés que d’autre, des gens plus craintifs, méfiants, des gens plus impulsifs, agressifs, des gens passifs ou des gens suivis, médicamentés, malades..


                Le danseur chassa ses pensées avant que l’anxiété ne prenne le dessus. Il offrit un sourire au dessinateur et prit volontiers son cahier pour contempler ses croquis. Il fut ravi de voir que son comparse répondait favorablement à ses demandes. Il espérait qu’il n’était pas dérangeant. Il put enfin mettre un nom sur l’homme qui lui faisait face.


Seunghyun.


                Min Jun ouvrit de grands yeux et ses lèvres s’entrouvirent de stupéfaction. Il ne pouvait former les mots pour exprimer sa surprise de trouver un Coréen dans un lieu si reculé de leur pays natal. Deux Coréens dans un asile en Italie…quel hasard!
           
     Il était encore ébahi par la nouvelle, parcourant les dessins de lui, assimilant le fait qu’un compatriote de son pays natal se trouvait ici, devant lui, pouvant converser avec lui dans sa langue d’origine, et artiste qui plus est! Ils avaient déjà des points en communs, il lui restait seulement de trouver comment se lier d’amitié avec lui. Min Jun releva la tête pour croiser le regard de Seunghyun et partager sa joie avec lui lorsqu’il remarqua la seconde note dans son cahier.
                Tu danses bien.
    
            Le rouge gagna les joues de Junnie. Il baissa la tête, souriant stupidement puis s’activa sur son téléphone.


                -Merci…merci beaucoup…Seunghyun-hyung.


                L’adolescent se raidit soudain, son regard tombé sur les bras meurtris de son aîné.


                Il…il porte des cicatrices…semblables aux miennes.


                Min Jun se mordit la lèvre inférieure. Il ressentit une vague de compassion pour son hyung. Un homme aussi talentueux que lui ne devrait pas faire une telle chose.


                Tch…je suis bien placé pour parler de ne pas se faire du mal…


                Il aurait voulu pouvoir trouver les mots pour dire qu’il comprenait, qu’il était passé par là, attenté à sa vie, frôlé la mort, se lacérer les jambes, les bras, ouvrir ses veines dans l’espoir d’arrêter la douleur d’exister….mais il savait que ça ne servait à rien. Que se faire du mal ne faisait qu’engendrer encore plus de mal autour de soi. Min Jun fixait l’écran de son cellulaire, incapable de taper quoi que ce soit de rassurant, quelque mot de compassion..


                Il abandonna, baissa les bras et regarda plutôt Seunghyun reprendre son cahier et écrire à nouveau. Piqué de curiosité, il suivit ses gestes, la tête légèrement inclinée sur le côté, intrigué. Min Jun se réjouit de voir les caractères apparaître sur le papier. Des caractères si familiers qu’il craignait ne pas revoir avant un long moment.


                Model?


                MinMin prit un moment pour réaliser l’implication de la question de son hyung. Voulait-il vraiment de lui comme modèle pour ses dessins? Lui qui ne savait plus danser aussi brillament qu’avant? Lui qui trébuchait sans cesse? Vivait sur les anti-douleurs pour performer? Il cligna des yeux, pris de court et pourtant touché par la demande.


                -Bien sûr! avec plaisir, Seunghyun-hyung! Quand tu voudras!



                Il sourit de toutes ses dents, enchanté par la perspective de danser à nouveau et de voir son art par les yeux d’un autre ne pouvait qu’être inspirant. Il espérait divertir Seunghyun et lui inspirer des œuvres qu’il n’aurait pas honte de montrer. S’il pouvait arrêter de tomber, ce serait parfait. Il se mettrait en forme pour son nouveau public. Qui eut crû qu’il se trouverait un partisan dans un asile?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seunghyun Kim
|||Fonda||| It's where my demons hide
|||Fonda||| It's where my demons hide
avatar


Messages : 61
Date d'inscription : 16/08/2016
Age : 21

Dossier du Patient
Sanity:
29/100  (29/100)
Âge du Patient: 24 ans
Status Rp: Ouvert ✔

MessageSujet: Re: -Let me dance away my troubles-   Mar 12 Déc - 23:27

Il est comme tous les autres.



Peut-être que c’était vrai… Peut-être qu’il était réellement comme tous les autres. Pourtant le jeune n’avait pas réagi comme les autres, bien au contraire, il avait été doux, calme, patient. Il devait probablement connaitre une douleur similaire à la sienne. Les deux étaient des artistes, et les deux souffraient. Une chose bien évidente, sinon le jeune Min Jun ne seraient pas dans cet asile.


Seunghyun recommença à dessiner dans son cahier, gardant certains mouvements du danseur en tête, pour dessin futur. Il griffonna quelques lignes directrices, transformant tranquillement ces lignes dures et dépourvues de mouvement, en de ligne plus fluide, prenant lentement vie sous son crayon. Il craignait toujours que le jeune n’aime pas ses dessins, qu’il les trouve dégoutants.


Tu n’arriveras à rien. Arrête tout cela, ça ne vaut pas la peine.

Il n’aimera pas cela.




Kim s’arrêta net, jetant un regard vers le jeune homme devant lui. Celui-ci dansait toujours, créait, vivait. Pourquoi est-ce que ses dessins semblaient aussi morts, sans vie, dégoutants. Il était horrifié de voir à quel point tout cela ne valait pas la peine. Une personne comme lui ne pouvait pas avoir de talent, non, c’était impossible, il devait tout simplement prendre ses médicaments et suivre ce qu’on lui disait. Sa vie se résumait à cela, il ne devait pas se donner un faux espoir, se disant bon en dessin. Il n’avait pas de talent.


Il rit de toi. Tu es ridicule. Il nous attend.

Il nous écoute.

Idiot.

Écoute!

Nul, c’est nul. Pars, va-t’en.



Plus les jours passaient, plus se contrôler devenait difficile. Le noiraud sera fort son cahier entre ses mains, ne voulant guère perdre le contrôle. Respirer il devait respirer, et oublier les voix. Elles n’étaient pas vraies, elles ne pouvaient pas être vraies. Pourtant il les entendait… Il voulait qu’elles partent, mais cela était impossible. Elles seraient toujours là, elles avaient toujours été là.


Il fit un signe rapide au jeune, qui s’était probablement arrêté de danser, qu’il avait un soudain mal de tête. Bien sûr il n’allait pas lui dire que ce « mal de tête » était en fait des voix. Le monde entier vivant dans sa tête parlait, criait, chuchotait. Comment est-ce qu’on puisse rester saint d’esprit tous les jours lorsqu’on a constamment une personne, ou voir même une vingtaine de personnes qui partagent le même cerveau que vous, les mêmes pensées. C’est bien impossible. Il se rappelait maintenant pourquoi il s’enfermait constamment, pourquoi il ne sortait jamais pour voir le soleil. Parce que lorsqu’il était dans sa chambre ou bien dans une autre pièce, laisser à lui-même, il pouvait avoir des crises sans avoir peur de terrifier ou de blesser qui que cela soit.


« Ignore les Seunghyun, tu peux le faire, reprend ton crayon. Tu ne fais pas tout cela pour rien. Elles ne sont pas vraies. »



Il offrit le fantôme d’un sourire au jeune homme, lui faisant ainsi signe qu’il allait mieux et qu’il pouvait continuer. Malheureusement un garde ouvrit la porte de la salle rapidement.



-Mais qu’est-ce que vous faites ici vous deux? C’est l’heure du repas! Vous n’êtes pas sensé d’être ici!



Par peur, Kim ramassa rapidement ses dessins, tout en essayant de ne pas les froisser. Son art était bien la seule chose qui comptait à ses yeux, même si parfois il aimerait tout jeter par la fenêtre… Sa nervosité l’empêchait malheureusement d’aller plus vite, et le garde commençait à s’impatienter. Il ne voulait pas manger de coup, il devait faire vite.

_________________
until the love runs out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: -Let me dance away my troubles-   

Revenir en haut Aller en bas
 

-Let me dance away my troubles-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Perdu en eaux troubles
» Birmanie: Ca continue
» Soirées au dortoir [Eli, Lou et Ashley] [Carrie en PNJ]
» L'art des troubles-fêtes [Hamayeb]
» La quête du Temple des Eaux Troubles.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Salle de danse-